Vestige des courtilles, ces jardins champêtres et vergers apparus au 12ème siècle, desservis depuis la porte du Temple par un chemin qui deviendra plus tard la rue du Faubourg du Temple, la parcelle proposée se caractérise par son extrême profondeur : 85 m pour seulement 11m de façade. Plutôt que de fragmenter le programme en plusieurs bâtiments séparés par une succession de cours intérieures de plus en plus profondes et isolées, nous avons préféré un bâtiment unique implanté le long d’un large passage révélant toute la profondeur du terrain depuis la rue et faisant référence à l’histoire du lieu. Cette cour plantée, longue de 60 m et large de 6 m donne une orientation sud-ouest aux studios. Des coursives extérieures distribuent tous les étages et renforcent le caractère collectif et convivial autour de la cour, tout en réduisant les charges liées aux parties communes. La résidence sociale est placée côté rue dans un bâtiment compact à R+6 et R+4, tandis que la maison relais qui représente une moindre partie du programme et qui abrite des locataires de plus longue durée ne s’élève qu’à R+2 sur le cœur et le fond de la parcelle. L’autonomie fonctionnelle des deux entités est ainsi assurée, tandis que leur regroupement permet d’en optimiser l’exploitation. Les objectifs énergétiques très élevés (50 kWh/m²/an) répondent au Plan Climat de Paris et sont obtenus grâce à la relative compacité du bâtiment, sa bonne orientation et la performance de son enveloppe isolée par l’extérieur. La trame régulière de la structure et des façades, ainsi que l’accessibilité en profondeur du terrain garantissent un coût de construction bas et des conditions d’exécution favorables à une réduction de la durée des travaux et des nuisances qui en résultent. Enfin, une large palette de couleurs rythme cette longue façade intérieure et permet de distinguer chaque appartement depuis la cour, facilitant l’appropriation par son occupant et révélant l’individu comme élément unique et singulier constitutif de tout groupe social.