Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Vue sur l'avenue des Alliers






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Les logements intermédiaires en cœur d’îlot.






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Les logements intermédiaires en cœur d’îlot.






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Les logements intermédiaires en cœur d’îlot.






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Les logements intermédiaires en cœur d’îlot.






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Vue depuis le rond point de l'avenue des Alliers






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Logements collectifs






Crédit photo:Sergio GRAZZIA
Logements collectifs





Marquant l’entrée Nord de Palaiseau, ce futur quartier de vie bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle à moins d’un kilomètre d’un pôle de transport régional majeur (Bus – RER B et C– TGV) et à proximité d’un centre commercial. Ces atouts nous incitent à favoriser et faciliter les modes de déplacement alternatifs (piétons, transports en commun, cycles), générateurs d’espaces de vie et de partage aux dépends de la voiture confinée dans des parkings fonctionnels. Notre équipe prend le parti de greffer ce nouveau quartier en « fondu enchainé » avec ses quartiers périphériques. Il s’agit pour nous de proposer une nouvelle forme urbaine hybride entre le « bois habité » et « l’éco-quartier », entre le « quartier résidentiel » et la composition libre d’un « morceau de ville » résolument contemporain et durable. Pour fonder notre projet, nous nous sommes appuyés sur les éléments structurants du paysage immédiat. Cette perméabilité aux typologies environnantes influence la forme de notre bâti, ses orientations, ses masses, ses géométries. L’objectif avoué est de jouer avec la diversité des postures, des formes et des volumes préexistants en les fusionnant dans le site de l’opération. Ainsi, il ne s’agit pas de « dessiner » un « grand ensemble » autonome et exogène de 250 logements, mais bien de proposer un nouveau quartier aux ambiances variées, intégré à son voisinage et jouant de ses mimétismes, de ses ruptures d’échelles, de ses différents gabarits, de ses surprises même, pour rendre le sentiment d’un « déjà-là », comme « trouvé » et non comme « imposé». La variété des typologies (individuel, intermédiaire et collectif) et des écritures architecturales (trois équipes d’architectes associées) participe stratégiquement de cette recherche d’hétérogénéité du bâti. Tous les bâtiments sont conçus sur une technique structurelle et énergétique commune de volumes compacts isolés par l’extérieur assurant des économies d’énergies et supprimant les ponts thermiques. Ces prismes simples sont agrémentés d’éléments-greffes ponctuels animant les volumétries : cadres de baies, balcons filants, escaliers, loggias…en bois naturel non traité et métal laqué. Ces résilles servent aussi de support de végétation, sur fond d’enduit simple. Cette disposition les relie naturellement au sol et met en valeur le caractère paysager du site et l’attrait que peut présenter un logement de plain pied en contact avec le sol végétal.