Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis les tours Mercuriales






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis la rue du Docteur Gley






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis la Place du Maquis du Vercors






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis l'avenue de la porte des Lilas






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis la rue Paul Meurice






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis le Cirque Electrique






Crédit photo : Vincent FILLON
Vue depuis le toit terrasse






Crédit photo : Vincent FILLON
Détail depuis le toit terrasse






Crédit photo : Vincent FILLON
La salle 1






Crédit photo : Vincent FILLON
La salle 1






Crédit photo : Vincent FILLON
La circulation d'accès aux salles






L'espace art et essai






Coupe paysagère






Coupe longitudinale et coupe transversale






Façade ouest et façade sud






Plan RdC et plan R+1
Plan R+2 et plan R+3





L’Etoile Lilas est conçu comme un cinéma de ville (par opposition au multiplexe de centre commercial en périphérie) : il est vertical, en relation physique et visuelle avec son environnement, dresse quatre façades le long des trois voies et du parvis qui l’entourent, et détermine un lieu géographique caractérisé par une architecture non standard. Afin de maximiser les liens entre l’espace public et le bâtiment, nous avons choisi de scinder le bâtiment en deux volumes (cinéma et commerces) :
- au nord, un volume haut et compact dans la continuité des gabarits élevés de l’avenue de la porte des Lilas.
- au sud, un volume plus bas qui dégage la perspective depuis la rue du Docteur Gley et qui s’articule avec les hauteurs plus faibles de l’emmarchement et du pavillon du cirque.
L’espace public du parvis est ainsi rendu indispensable au passage de l’un à l’autre. Il est aussi mis à contribution pour les files d’attente à l’extérieur et proposer des terrasses aux restaurants. Le hall d’entrée à rez-de-chaussée prolonge le parvis sous le volume des salles jusqu’à la rue René Fonck. Les trois salles de la superstructure sont suspendues au dessus de cet espace piranésien, empilées en ordre croissant de capacité (pyramide inversée) pour libérer un espace décroissant dédié aux circulations. Les quatre autres salles sont enfouies en infrastructure afin de libérer un maximum de surface de plein pied avec le parvis pour l’accueil et les commerces. Le système de distribution s’enroule autour des volumes des salles, créant l’animation des façades opaques. La multiplication règlementaire des dégagements et circulations est exacerbée pour produire une multitude de scénarios de parcours d’accès et de sortie, chacun d’eux décomposé en séquences panoramiques, ascendantes ou plongeantes, qui cadrent autant de vues proches ou éloignées sur la ville : le parvis à l’ouest, le cirque, le périphérique et la porte de Bagnolet au sud, les Lilas dans la perspective de la rue du Docteur Gley à l’est, le nouveau jardin sur la dalle et la plaine Saint Denis en fond au nord. Jusqu’à l’entrée en salle et dès la sortie du sas, c’est la ville qui est en toile de fond. Enfin, sur le toit des commerces, une grande terrasse accessible et plantée, protégée du vent et des nuisances de l’avenue côté nord par le totem des salles, est dédiée à l’événementiel en relation avec le cinéma.